Archives de Catégorie: Boire, manger et cachet d’aspirine

Quatre bonnes raisons d’aller dans les salons

Nous sommes désolées mais non, nous n’allons pas vous raconter comment nous arrivons à nous taper l’incruste dans les salons où viennent pérorer Voltaire, Rousseau et autres Zola et Cie … Vous savez qu’ils sont tous morts hein ?!

Non, nous allons nous parler des salons des foires d’expo, ceux où il n’est pas besoin de se faire introduire par DSK par Madame de Ségur mais juste au moyen d’espèces sonnantes et trébuchantes.

Nous entendons déjà les cris, les larmes et les suppliques … Vous n’êtes pas non plus obligé de débourser une quinzaine d’euros pour entrer dans ces grands hangars moquétés, si vous avez des gentils amis, de gentils commerçants ou que vous êtes tout simplement débrouillard, il est très facile de trouver des invitations pour le salon du chien, du mariage, du sexe, … Challenge accepted ?

Alors voilà 4 bonnes raisons pour VOUS, jeune chômeur, d’aller trainer vos guêtres dans les salons

Number 1 : Pour voir à quoi ca ressemble, un moyen de locomotion de riche : le salon du 2 roues

Si vous ne possédez pas le permis moto, que vous galérez à mettre de l’essence dans votre AX ou à payer votre pass de transports en commun, ca ne paraît pas particulièrement évident de se retrouver au milieu d’un salon du deux roues. Moi même encore, je ne m’explique pas comment je me suis retrouvée là bas….

Je ne vous cacherai pas que les premiers pas dans cet environnement, quand on est sans le sou, n’est pas l’idée du siècle pour se remonter le moral.

Quoique …

Voir que vraiment, pour de vrai ils habillent de pauvres hôtesses en combishort en skaï taille 34 (même si en vrai elles font un bon 40 – rapport à la groooOoooosse poitrine) et que pleins de Roger leurs demandent de poser sur la moto à leur coté, c’est un plaisir trop souvent négligé. Je pense que les journalistes qui tournent Confessions intimes ressentent le même genre de joie lorsqu’ils filment Brenda en train d’insulter son Kévin tout en préparant un biberon de coca à leur enfant de 6 mois.

Lâchez les grosses cylindrées, pour vous concentrez sur les vélos qui n’ont rien à voir avec nos VTT et peuvent même être dotés de petits moteurs (héhéhé). Ne vous embêtez pas à regarder le prix par contre, vous avez déjà du mal à payer votre abonnement velib’…

Par contre, vous pourrez vous lâcher aux stands d’accessoires ; on a tous  besoin de bandes réfléchissantes et de bottes ferrées ! Mention spéciale pour les casques et les blousons avec airbag intégrés qui sont bien pratique les soirs de libation pour nous aider à lutter contre les chaussures à bascules qui poussent à nos pieds !

Number 2 : Pour vous culturer et voir des peoples : le salon du livre.

Le salon du livre,  c’est un bon moyen de faire votre intéressant auprès de vos amis en leur racontant comment vous avez expliqué à Jean d’Ormesson comment révolutionner le monde littéraire. Ou encore, en vous filmant en train de supplier Marc Levy d’arrêter d’écrire parce que oui, vous n’êtes pas obligé de le lire, mais vous n’êtes pas non plus obligé de supporter de voir les couvertures de tout ces romans aux mains de vos concitoyens dans le métro, le train, à la plage et sur les toilettes (on reviendra sur les lectures des toilettes).

C’est aussi un bon moyen, si vous êtes un chasseur d’autographes d’essayer de choper le paraphe de Loana (on attend toujours son 2ème livre nous !) ou de l’ex d’un politique qui a décidé d’écrire un livre dont toute ressemblance avec des faits ou des personnes réelles serait purement fortuite …

Vous pouvez aussi vous amuser à jouer au fin limier lorsque, face à un attroupement plus conséquent que la normale (environ 13 personnes au m2), vous vous tournerez vers la personne vous accompagnant et lui direz avec un air de connaisseur sûr de lui : « Ca doit être François Hollande ». Répétez cette phrase autant qu’il vous plaira, on pardonne tout au chômeur en mal de confiance en lui.

Number 3 : Pour voir la vie, la vraie : le salon de l’agriculture.

Ca fait un moment que vous n’avez pas quitté la ville ? Vous ne savez plus trop si c’est le bœuf ou la vache qui fait des briques de lait ? et qui de l’œuf ou de la poule était là en premier ? Nous vous conseillons donc d’aller faire un petit tour au salon de l’agriculture …

Ca sent la litière, la sueur et le ptit rouge des 10 du mat ‘ mais ca vous mettra aussi plein de baume au cœur de sentir les odeurs que vous avez découverte lors de votre classe verte dans la montagne. Quand Fanche, l’éleveur de vache laitière vous expliquait comment traire une vache entre son petit déj’ au café calva et l’heure du ptit jaune. Si rappelez vous, c’est suite à ce voyage que vous avez pris un œuf dans le frigo, pour aller le planquer dans votre tiroir à culottes en espérant élever un Saturnin. Nous comprenons que ce ne soit pas un super souvenir pour ceux qui ont fini en maison de redressement, leurs parents ayant pris peur en pensant « qui vole un œuf, vole un bœuf »

Si vous n’aimez pas vous mettre au cul des vaches et vous battre pour carresser un bouc, vous pouvez vous retrancher vers les stands de nourriture et vous en payer une bonne tranche de gastronomie de nos terroirs comme on n’en fait plus…

Vous pouvez aussi vous amuser à jouer au fin limier lorsque, face à un attroupement plus conséquent que la normale (environ 13 personnes au m2), vous vous tournerez vers la personne vous accompagnant et lui direz avec un air de connaisseur sûr de lui : « Ca doit être Jacques Chirac». Répétez cette phrase autant qu’il vous plaira, on pardonne tout au chômeur en mal de confiance en lui.

Number 4 : Pour picoler et manger … un peu : le salon du vin.

Parce que vous avez vraiment besoin qu’on vous « vende » le fait d’aller dans un open bar géant de pinard ????

?

Bon sinon aussi, l’intérêt des salons c’est que au milieu de la foule, vous faites le plein de « monde » autour de vous et pouvez rentrer chez vous attendre le coup de fil tout seul sans souffrir de solitude.

/Yoda Lucius/

Tagué , , , , , , , , ,

ViolenciA !!!!!!

D’expérience, nous pouvons affirmer que le chômage ne rend pas bon … Nous avons même noté une très nette tendance à l’apathie la plus complète en société afin d’éviter toute question dérangeante ou tout simplement parce qu’on a tellement l’habitude d’être vautré dans un canap’ devant un écran qu’on est plus capable de rien d’autre. Autre tendance psycho du chômage : la haine, l’envie de sang, de boyau, de dents cassées et de larmes qui coulent. Enfin, l’envie de se défouler quoi !

Ami lecteur, si vous vous trouvez dans cette situation, nous avons la solution pour toi. Nous te proposons ici d’allier couleurs vives, alcool, violence, ridicule et odeur de sueur … Une idée ?!

Le seul bar mexicain de la capitale qui permet de boire des coups et d’assister à des combats de catch mexicain à 10 cm du ring où El Pero Loco va mettre sa race à El Conquistadore.

Dans le bar, LA LUCHA LIBRE (10 rue de la montagne Sainte-Geneviève – 75005), vous allez tout de suite vous sentir comme un haricot rouge dans un bol de chili.

Le concept est assez simple à comprendre : on s’installe, on commande des boissons (bonne margarita au pichet), éventuellement un peu de nourriture (tapas mexicaines ou même burgers), même si manger c’est tromper, on recommande à boire, … et encore une fois,…

Ensuite, on descend à la cave où un ring attend ; on se précipite au bar du bas pour commander un shot de téquila  et une bière afin d’être sur de te transformer en bon supporter de base pour ce qui nous attend.

La cave se remplie, on essaye de s’éloigner des gros beaufs qui ne vont pas manquer de faire des commentaires encore plus cons que les notre.  Dés que la salle est pleine comme un œuf de pélican mexicain, les compétiteurs entrent sur le ring.

Est ce notre état alcoolique déjà bien avancé ou tout simplement le talent des catcheurs mais nous, on a trouvé ça vraiment très réaliste et impressionnant comme spectacle. En plus, on pousse des cris, on prend fait et cause pour l’un des compétiteurs, puis du change de poulain quand on se rend compte que le notre va perdre, … Et on finit pas se mettre sur la tronche avec notre ami parce que, n’est ce pas, nous aussi on commence à avoir envie de donner des coups ! Enfin, on libère la bête qui sommeille en nous à grands coups de shots de tequila et de testostérone.

Une rumeur persistante qui nous avait poussé à venir voir ce qui se passait dans ce bar voulait qu’une initiation au catch soit offerte certains soirs de la semaine. Après une investigation poussée, nous en avons conclu que non, ce n’est pas possible, mais après avoir vu El Diablo Feo éclater une échelle sur El Payaso Sucio, on en avait plus tellement envie.

Nous recommandons de continuer à fond sur cette bonne lancée d’amusement et de poursuivre la fête jusqu’au bout de la nuit car le téléphone va très certainement sonner le lundi suivant …

(Oui, les combats ont lieu le vendredi soir. Le samedi soir, c’est un dj qui se bat avec ses platines ; beaucoup d’amusement aussi mais les bleus en moins)


Tagué , , , , , , , , , ,